La Liseuse - Georges Appaix

 

 

Accueil > Le répertoire > M. encore !

M. encore !


© L Lafolie

Création les 18, 19 et 20 janvier 2001 au Théâtre Toursky / Marseille Objectif Danse

Chorégraphie et mise en scène : Georges Appaix

Distribution : Jean-Paul Bourel, François Bouteau, Pascale Cherblanc, Montaine Chevalier, Jean-Marc Fillet, Stéphane Imbert, Sabine Macher, Agathe Pfauwadel et Georges Appaix

Collaboration pour la dramaturgie : Christine Rodès
Bande son : Olivier Renouf, Georges Appaix
Vidéo : Renaud Vercey
Lumière : Régis Montambaux
Costumes : Michèle Paldacci et Tristan Bezandry du Petit Atelier
Régie générale : Xavier Longo
Régie son : Emmanuel Proust
Coproduction : Compagnie La Liseuse / Théâtre de la Ville, Paris / Festival d’Automne à Paris/ Marseille Objectif Danse / Théâtre Toursky / Relais culturel du Château Rouge à Annemasse / Théâtre Garonne, Toulouse
Remerciements au Groupe Dunes, Agnès B. au Système Friche Théâtre à La Minoterie - Théâtre de la Joliette et à la société Eye’DC.

M. encore ! est un projet qui se distingue, entre autres choses, des projets précédents par un travail d’images vidéos qui devrait prendre une place assezimportante : essayer d’utiliser les images comme le texte, en les glissant subrepticement dans la combinatoire des éléments scéniques, en tentant de leur
faire produire du mystère, de l’interrogation, de la malice...
Sur le plateau de M encore !, les interprètes vont par moment partager l’espace avec leur propre image vidéo, image instantanée, filmée sur le plateau, mais
aussi image enregistrée et restituée de la même personne dans la même action et dans un autre temps.
Georges Appaix - novembre 2000

"La logique d’une pensée est comme un vent qui nous pousse dans le dos, une série de rafales et de secousses. On se croyait au port, et l’on se retrouve rejeté en pleine mer."
"L’important n’a jamais été d’accompagner le mouvement du voisin mais de faire son propre mouvement. Si personne ne commence, personne ne bouge."
"Il faut écrire liquide ou gazeux, justement parce que la perception et l’opinion ordinaires sont solides, géométriques."
"Les images ne cessent pas d’agir et de réagir les unes sur les autres, il n’y a aucune différence entre les images, les choses et le mouvement."

Gilles Deleuze, Pourparlers.